Accueil Tous les articles

Valve Index, la nouvelle référence haut de gamme de la réalité virtuelle ?

Valve a mis les pieds dans le matériel de la réalité virtuelle depuis les origines de cette industrie naissante. En effet, Valve a collaboré avec Oculus bien avant la sortie publique du premier Rift. Après le rachat d’Oculus par Facebook, Valve s’est tournée vers HTC pour collaborer au développement du Vive.

Malgré l’absence jusqu’à aujourd’hui d’un produit à son nom, Valve a donc toujours été un des acteurs majeurs du développement de la réalité virtuelle. Ainsi, Valve se lance désormais en solitaire dans le paysage des casques de réalité virtuelle avec un modèle destiné aux joueurs recherchant la meilleure expérience.

En effet, là où d’autres constructeurs cherchent à se rendre plus accessibles (Oculus propose, par exemple, des modèles de 219€ à 549€), à 1079€ pour un kit complet, Valve vise directement le haut de gamme de la réalité virtuelle.

Champ de vision, résolution et fréquence de rafraichissement

Casque Valve Index

Sans pour autant réinventer les bases posées par les casques existants, le Valve Index améliore les performances sur tous les tableaux.

Les lentilles promettent une meilleure clarté que la concurrence, en particulier sur les bords extérieurs, grâce au réglage de la profondeur et de l’écartement, ainsi que par leur inclinaison. Ainsi, le champ de vision est supérieur de 20 degrés par rapport aux grands noms actuels du marché (HTC Vive, Oculus Rift).

L’écran propose une résolution par œil de 1440 * 1600. Le choix d’un écran LCD plutôt qu’OLED est un compromis permettant d’obtenir une plus grande densité de sous-pixels et de réduire significativement l’effet de grille et d’améliorer la lisibilité du texte, au prix de noirs légèrement moins profonds. Sa fréquence de rafraichissement est également bien supérieure, atteignant 144 images par seconde, là où 90 était le standard des casques précédents, un gros plus pour l’immersion.

Le confort semble également être exemplaire, avec une bonne répartition du poids et des mousses recouvertes de tissus antimicrobiens au niveau du casque et de ses attaches ajustables. Ils sont facilement remplaçables, et même personnalisables, grâce à une fixation magnétique.

Ses hauts-parleurs intégrés ne couvrent pas les oreilles, mais les survolent, encore une fois afin d’améliorer le confort, surtout sur de longues périodes d’utilisation. Pas de problème de chaleur ou de transpiration au niveau des oreilles. Vous n’êtes pas non plus isolé de la pièce dans laquelle vous jouez, mais profitez néanmoins d’une bonne qualité sonore. Ce design de hauts-parleurs permet également au son de se diffuser dans l’oreille externe, donnant la sensation que les sons viennent de l’extérieur plutôt que de l’intérieur de la tête, comme avec des oreillettes classiques.

Deux caméras frontales permettent d’obtenir une vue 3D de l’environnement qui vous entoure (camera pass-through), que ce soit pour intéragir sans avoir à retirer le casque, ou pour des applications de réalité augmentée.

Rien de révolutionnaire par contre au niveau des stations de base (qui permettent de délimiter la zone dans laquelle on peut se déplacer), si ce n’est qu’elles augmentent la surface maximale : il est maintenant possible d’utiliser le casque dans un carré allant jusqu’à 10 mètres par 10 mètres. De plus, l’Index est compatible avec des stations d’accueil du HTC Vive Pro, ce qui réduit sensiblement la note pour les acquéreurs ayant déjà investi dans ce casque (lui aussi très cher, au demeurant).

Knuckles

Valve Index Knuckles

La plus grande innovation apportée par ce nouveau système vient de ses manettes, qui détectent la position de chaque doigt et la pression exercée, promettant une expérience bien plus intuitive pour tout ce qui est préhension d’objets virtuels : plus de bouton à appuyer pour faire comprendre au jeu qu’on souhaite prendre un objet… On le prend, c’est tout.

La manette est plaquée contre la paume par une dragonne afin de la tenir en place même lorsqu’on ouvre complètement la main.

Ci-dessous, voici une démonstration du jeu BONEWORKS, dont la sortie est prévue cette année, illustrant très bien à quel point la manipulation d’objets devient naturelle :

Personnalisation

Une trappe à l’avant du casque contenant un port USB permet d’insérer un module pour étendre les fonctionnalités. Valve a publié les modèles 3D du casque et des manettes pour faciliter la création d’objets compatibles.

Le casque étant jeune et encore peu diffusé, les exemples d’application sont encore rares mais on peut par exemple citer le RI Blink, un écran frontal pour l’Index, rappelant Daft Punk.

On peut également imprimer soi-même un adpatateur en 3D pour faciliter l’utilisation des manettes avec de grandes mains.

Adoption

Les premières pré-commandes de l’Index datent du 1er mai 2019. Malgré une série très limité, les acheteurs les plus rapides l’ont déjà reçu ; le casque est en rupture de stock depuis. Les réservations faites maintenant ne seront pas honorées avant fin septembre.

La plateforme Steam comporte déjà un certain nombre de titres compatibles avec ce nouveau casque :

Jeux mis à jour pour Index

Même si son rôle était encore alors inconnu du grand public, l’entreprise est déjà forte d’une grande expérience dans la conception de ces matériels et propose donc un premier casque qui est loin d’être immature.

Investie de longue date dans le marché de la réalité virtuelle, Valve est un acteur de poids qui croit énormément à l’avenir de cette technologie encore naissante et cherche donc à en repousser les limites.

Le prix de cette offre reste néanmoins encore inaccessible pour beaucoup et des évolutions majeures sont encore a espérer dans les années avenir, ce qui réserve le Valve Index à une niche de primo adoptants disposant d’un budget confortable.

Sources photos

Alexandre, le 9 juillet 2019

Tout ce qu'il faut savoir sur le droit de rétractation

Il ne faut pas toujours croire ce qu’on lit sur les sites marchands… En particulier dans leur politique de retour. Profitons d’une petite anecdote pour voir ensemble le droit de rétractation.

Le droit de rétractation s’applique pour vos achats à distance (téléphone, Internet) et est effectif pendant 14 jours, à partir de la réception du bien que vous avez commandé. Il comporte quelques subtilités en faveur du client que certains marchands en ligne préfèreraient ne pas appliquer.

En effet, c’est suite à ma volonté de renvoyer un article que j’avais commandé sur Internet que je suis allé consulter la politique de retour du marchand, où j’ai vu quelques éléments bizarres qui m’ont mis la puce à l’oreille et m’ont incité à me renseigner un peu plus.

Voici, par exemple, ce qu’on peut y trouver :

Tout article retourné ne devra pas avoir été porté et devra être joint d'un motif de rétractation justifié

Ayant acheté une paire de lunettes, il me semblait audacieux au vendeur d’annoncer qu’il est interdit de les essayer si on veut garder la possibilité de les renvoyer. Pour ce genre de produit, dont il est difficile de se faire un avis avec seulement quelques photos, il est au contraire préférable d’inciter les gens à commander le cœur léger en facilitant la procédure de retour.

Bref, je cherche un peu et trouve sur le site Legifrance, qui accueille les textes du droit français, qu’en effet, cette clause va à l’encontre de l’article L221-23 du Code de la Consommation, qui stipule que :

  • “la responsabilité du consommateur ne peut être engagée qu’en cas de dépréciation des biens résultant de manipulations autres que celles nécessaires pour établir la nature, les caractéristiques et le bon fonctionnement de ces biens”.

Il n’est d’ailleurs pas non plus nécessaire de fournir un motif pour le retour, comme indiqué dans l’article L221-18.

De plus, dans l’e-mail de retour que je reçois, la personne réitère, non seulement cette demande, mais exige aussi la présence de l’emballage d’origine alors que la politique du site indique qu’il est possible de renvoyer les lunettes dans un autre emballage si celui d’origine a été perdu :

Selon la politique de retour, il est possible de ne pas renvoyer l'emballage d'origine.

Même si j’ai toujours mon emballage d’origine et que je compte bien le renvoyer, je reprends mes recherches pour démêler le vrai du faux. Sur le site de la Commission des clauses abusives, je trouve une jurisprudence, dans laquelle on peut trouver l’analyse 11, indiquant que le droit de rétractation s’applique même après avoir ouvert le produit :

  • “La clause […] est abusive dès lors qu’elle peut priver le client de sa faculté de retour, cet emballage devant nécessairement être ouvert pour vérification, et peut être à cette occasion endommagé”.

Et enfin, en bas de page, je trouve également :

Selon la politique de retour, il est possible de ne pas renvoyer l'emballage d'origine.

Hors, si le client ne dispose que de 14 jours pour faire valoir son droit, la même contrainte existe sur le vendeur concernant le délai de remboursement, sous peine de majoration (comme indiqués dans les articles L221-24 et L242-4).

Je leur ai écrit un e-mail, pour souligner ces “erreurs” et savoir si, oui ou non, l’emballage d’origine (même ouvert) est vraiment requis. J’ai eu comme réponse une simple formule de politesse ignorant sciemment mes remarques et m’invitant juste à renvoyer les lunettes.

Le remboursement lui-même s’est fait sans encombre. Je ne sais pas si mon e-mail a aidé à fluidifier le traitement de mon colis, ni s’ils appliquent réellement ce qui est écrit sur leur page ou si elle a seulement un rôle dissuasif envers les clients.

En tout cas, cet échange s’est déroulé il y a presque un an et leur page de politique de retour n’a pas changé d’un iota. Pourtant, les règles concernant la vente par correspondance sont claires ; quelles que soient les déclarations faites par un vendeur, elles ne remplacent jamais la loi.

Faites donc attention aux affirmations qui peuvent tenter d’exploiter la crédulité d’une personne mal informée. N’hésitez pas à fouiller un peu sur les sites du gouvernement lorsqu’un doute plane sur vos droits, que ce soit lors d’un achat par correspondance ou pour tout autre sujet… et à les faire valoir, texte à l’appui. L’information que vous cherchez est souvent plus simple à trouver que vous ne le pensez.


N.D.L.R. Par souci de concision, j’omets volontairement une partie des détails d’application du droit de rétractation, mais vous pouvez en trouver une description exhaustive site du service public.

N’ayant pas de formation en droit, cet article n’est rien de plus que la narration d’une anecdote et de mes recherches personnelles et ne constitue pas un conseil juridique.

Alexandre, le 25 juin 2019